Une nouvelle mise à flot pour le port fluvial

Economie

La journée du 12 décembre a été marquée par le lancement officiel des travaux de modernisation et d’extension du port de Béthune-Beuvry, équipement essentiel de l’économie (durable) régionale. L’Agglomération y contribue…

Les travaux étaient attendus depuis longtemps. Prévus pour être lancés en janvier, ils doivent durer 10 mois. Ils consisteront principalement à allonger le quai de 120 m (la longueur totale des quais est actuellement de 330 m), à restructurer leurs voiries d’accès ainsi qu’aux voies ferrées, à créer et/ou rénover les réseaux de traitement des eaux de ruissellement.

Une restructuration conséquente donc pour ce port (25 ha en tout) occupant une position stratégique sur la liaison fluviale reliant Dunkerque à Lille et au-delà à Anvers et Rotterdam.

Son changement de gabarit a pour objectif de le réintégrer dans le maillage des ports intérieurs aux côtés de Lille, Douai, Valenciennes, ou Guarbecque-Isbergues (il est, lui, propriété de l’Agglo) ; de permettre la réception de davantage d’unités fluviales (péniches, barges) et de plus grande taille ; d’offrir un meilleur service à ces utilisateurs (chargeurs, logisticiens, bateliers. 110 personnes travaillent sur le site), cela en améliorant en l’empreinte écologique de l’ensemble.

Du vrac et des boîtes

Propriété de Voies navigables de France (VNF), le port de Béthune-Beuvry est géré par la Chambre de commerce et d’industrie.

330 000 tonnes de trafic fluvial, 30 000 tonnes de trafics ferroviaires et 60 000 tonnes de trafics routiers y sont comptabilisées chaque année.

Il s’agit principalement de vrac solides (granulats et matériaux de construction, combustibles, produits agroindustriels et minerais).

Depuis octobre 2017, l’activité conteneur a repris. Le port est ainsi desservi deux fois par semaine suivant un axe Dunkerque – Béthune – Dourges – Lille grâce à une nouvelle ligne conteneur offrant une solution supplémentaire, économique et écoresponsable aux entreprises locales.


Qui paye ?

Les travaux représentent un investissement total de 5,273 millions d’euros, financés par le tour de table suivant :

- Union européenne (FEDER), 1,955 M€

- État, 791 000 €

- Région Hauts-de-France, 791 000 €

- Agglomération Béthune-Bruay Artois Lys Romane, 668 000 €

- Voies navigables de France, 527 000 €

- CCI Artois Hauts-de-France, 276 000 €

- Département du Pas-de-Calais, 264 000 €.