Maison de garde : Alain Wacheux interpelle l’agence régionale de santé

Agglomeration

Dans un courrier en date du 7 novembre adressé à la directrice de l’agence régionale de santé, le président de la Communauté d’agglomération s’inquiète de la nouvelle organisation de la permanence de soins ambulatoires au centre hospitalier de Béthune-Beuvry. On découvrira le teneur de ce courrier ci-dessous.

« Madame la Directrice,

J’ai été averti récemment, par un article de presse paru dans La Voix du Nord, et par Mme Nadine Lefebvre, Présidente du Conseil de surveillance du Centre hospitalier de Béthune-Beuvry, qu’une nouvelle organisation de la permanence des soins ambulatoires allait prendre effet, avec pour conséquence probable la fermeture de la Maison de garde du centre hospitalier.

Nous nous félicitions depuis plusieurs années du bon fonctionnement de cet équipement, qui permet de pallier le manque chronique de médecins de garde libéraux et d’éviter d’engorger le service des urgences du centre.

À ce titre, je ne peux que me féliciter que le nombre de communes et de patients potentiels qui pourraient y avoir recours augmente.

Cependant, il s’avère que la Maison de garde ne peut pas fonctionner durablement sans les médecins libéraux qui relèvent de son secteur géographique participent en nombre suffisant aux permanences qui y sont tenues.

Or, il semble que ce ne soit pas le cas ; on m’indique donc que cet équipement pourrait fermer très prochainement.

Je ne vous rappellerai pas à quel niveau sont les indicateurs sanitaires et sociaux de notre agglomération ; indépendamment de la nécessité de garantir à ses habitants un accès satisfaisant à notre système public de santé, il me semble difficile de voir mise en place une organisation dont on sait qu’elle aboutira à voir supprimé un service qui donne aujourd’hui satisfaction.

Je vous demande donc respectueusement de bien vouloir surseoir instamment à la mise en place de cette nouvelle géographie, le temps que nous soyons assurés que les professionnels concernés pourront assurer le bon fonctionnement de la Maison de garde.

Dans l’attente, je vous prie d’agréer, Madame la Directrice, l’expression de mes sentiments les plus respectueux. »

Chacun a appris, ce vendredi, que l'ARS a repoussé l'échéance.