Des fumées plus propres au CREPIM

Economie
Environnement

Le CREPIM – Centre de recherche et d’étude sur les procédés d’ignifugation des matériaux - a anticipé sur l’évolution de la réglementation en se dotant d’un système performant de traitement de fumées.

Fleuron, avec le CRITTM2A voisin, du parc technologique de la Porte Nord, le CREPIM teste et valide la résistance au feu des matériaux des secteurs concernés par la sécurité incendie : transports de masse (sièges de train ou d’avion, par exemple), bâtiment (sièges de cinéma…), électricité, textile.

La montée en puissance du laboratoire, la nécessité croissante de devoir procéder à des essais en taille réelle occasionnaient des dégagements ponctuels de fumées denses et malodorantes. D’où l’installation du nouveau système de traitement des fumées.

L’installation permet la dépollution en deux temps : lavage des fumées pour les débarrasser des suies et du gaz carbonique, puis traitement sur du charbon actif afin d’éliminer les odeurs. Après un an de fonctionnement, l’abattement moyen des produits contenus dans les fumées est de 95 %.

Un investissement de l’ordre de 300 000 € hors taxes consenti par le CREPIM lui-même (l’unité de traitement, pour 200 000 €) et l’Agglomération (tous les travaux de raccordement à cette unité, pour 100 000 €).