Déchets ménagers : quel bilan en 2011 ?

Agglomeration
Environnement
Le 8 février 2012

La collecte et le traitement des déchets ménagers constituent une compétence importante d’Artois Comm.. Quelles ont été les évolutions constatées l’an dernier ? Premiers éléments de réponse.

Les déchets collectés par Artois Comm. sont, d'une part, acheminées au centre de tri de Ruitz, où les emballages et les journaux-magazines (collectés dans les poubelles ou sacs jaunes) sont triés pour être recyclés, et, d'autre part, au centre de valorisation énergétique de Labeuvrière, où les « ordures ménagères » (poubelles ou sacs gris ou noirs) sont brulées en produisant de la vapeur transformée en électricité pour l’entreprise Croda.

Première bonne nouvelle : la quantité des matières traitées au centre de tri a légèrement augmenté en 2011 (+ 3 %), alors que le tonnage des déchets incinérés a diminué dans des proportions légèrement supérieures (- 3,7 %).

Conclusion : nous avons un peu mieux trié nos déchets l’an dernier. La mise en place de la redevance pour la collecte des déchets des entreprises, commerces et services publics a sans doute également contribué à cette tendance, comme les nombreuses actions de sensibilisation et de promotion du tri. Ou la crise…

Faire mieux encore…

Ce résultat est confirmé par le taux de « refus de tri », qui n’augmente que d’un petit 1 %. Il s’agit de produits non recyclables qui n’auraient pas dû être mis avec les emballages (ils peuvent même dégrader la qualité des autres produits).

Il est également confirmé par les chiffres d’activité des déchetteries : + 3 500 tonnes sur l’année, soit 13 % d’augmentation.

Le volume des déchets verts collectés en porte en porte (il est toujours possible de les amener soi-même en déchetterie), s’il avait fortement baissé en 2010 (- 2 986 tonnes, soit 9,7 %), est, quant à lui, reparti à la hausse, augmentant de 1 109 tonnes, soit 4 %, probablement en raison de la météo pluvieuse.

De même, si on observe une petite amélioration du côté des déchets ainsi ramassés, la proportion de verre collectée dans l’agglomération a baissé de 2 % ; a-t-on moins bu en 2011 ? Ou moins bien trié les bouteilles ? Toujours est-il que nous en avons moins trouvé dans les bennes réparties dans nos communes.

Au final, donc, le résultat est plutôt positif. Pour autant, il faut encore poursuivre nos efforts : les nouveaux objectifs nationaux (des pénalités financières sont appliquées s’ils ne sont pas atteints) nous imposent désormais de recycler 75 % des emballages mis sur le marché !


Qu’y a-t-il dans nos poubelles jaunes ?

Difficile de le savoir précisément. Toutefois, la répartition des matières traitées au centre de tri permet de s’en faire une idée : environ deux tiers de papiers (journaux et magazines inclus), 17  % de cartons (les briques, appelées « Tetras », représentent 1 %) et 11 % d’emballages plastiques.