CRITT M2A : un "petit" qui a tout d'un grand

Agglomeration
Economie
Le 11 octobre 2011
CRITT M2A
CRITT M2A

« La crise ? Quelle crise ? » serait-on tenté de dire au Centre de recherche, d’innovation technique et technologique en moteurs et acoustique automobiles (CRITT M2A) : le fleuron du campus de la Porte Nord affiche, en effet, une belle santé.

Un chiffre d’affaires de 2 millions d’euros (1,3 M€ pour l’exercice précédent), 22 salariés (contre 8 il y a 2 ans) et des projets de recherche et de développement plein les cartons, Jérôme Bodelle a de quoi être satisfait.

Né il y a seulement 11 ans, le CRITT M2A joue désormais dans la cour des grands, à l’échelon européen et même mondial, sans pour autant renier son ancrage sur le territoire. Il est vrai que « le centre d’essai turbo nous donne un avantage indéniable : il est unique au monde ! », précise le PD-G.

Un avantage qui joue donc au niveau français, européen - « il a été un argument de poids pour que la Française de mécanique à Douvrin obtienne la fabrication du dernier moteur 3 cylindres de Peugeot SA », indique Pierre Moreau, vice-président d’Artois Comm. au développement économique -, mais aussi bien au-delà.
Présent sur les conférences (Dresde, Stuttgart et Londres) et les salons mondiaux dédiés au turbo (Testing Expo Stuttgart et Hong-Kong), le CRITT M2A a fait, pour la première fois, fin octobre, le détour par le 3e du genre, à Detroit.
Sachant que le marché nord-américain représente déjà 22 % du chiffre d’affaires, on imagine que ce déplacement n’était pas pour faire de la simple figuration…

Le rail aussi

On aurait tendance à l’oublier, le CRITT M2A, c’est aussi la R&D pour le ferroviaire (le centre est partie prenante du pôle de compétitivité i-Trans). L’un des axes de recherche en cours porte sur l’affaiblissement du bruit dans la liaison rail-roue, un projet qui intéresse Valdunes (Dunkerque), la SNCF et son homologue allemande, Deutsche Bahn (DB).
Décidément, ce n’est pas mentir de dire que l’avenir automobile et ferroviaire du monde s’écrit (en bonne partie) ici.

 

Mots clefs: