Un permis pour l’emploi…

Agglomeration

Posséder le permis de conduire quand on est en quête d’un poste est un atout majeur. Plus encore lorsque l’on cherche dans les métiers « à domicile », dans le secteur des services à la personne. L’Agglomération a accompagné une trentaine de demandeurs d’emploi, issus de « quartiers prioritaires », pour décrocher le précieux sésame.

Auxiliaire de vie, garde d’enfants ou employé de ménage à domicile... Ces métiers de service et d’aide à la personne (SAP) nécessitent une grande disponibilité de la part des salariés. D’où l’obligation d’être mobile pour accéder à ce type de poste. Or, certains publics rencontrent de grandes difficultés pour l’obtenir.

Le Fonds de cohésion sociale de la Communauté d’agglomération, le PLIE (Plan local pour l’insertion et l’emploi), le Département, avec le soutien de l’État, ont ouvert, pour 2018, une formation pour faciliter l’obtention du permis auto (B). Moyennant 30 € (tarif d’inscription au code) et quelques formalités administratives, cette formation était accessible aux demandeurs d’emploi, hommes et femmes, habitant un quartier en « politique de la ville » et possédant une expérience et/ou une formation dans le secteur des services et des aides à la personne.

Une formation stimulante...

« Nous avons organisé une session à Bruay-La-Buissière et une à Nœux-les-Mines afin de faciliter l’accès. », explique Évelyne Gwizdek, conseillère en insertion professionnelle pour l’association régionale SJT (Solidarité et Jalons pour le travail), mandatée pour mener l’action « Un permis pour l’emploi » sur le territoire. « Une trentaine de dames désireuses de trouver un emploi dans le secteur des SAP ou travaillant déjà quelques heures pour certaines ont ainsi été sélectionnées. »

La mission première de l’association est de faciliter l’obtention du permis B et cela nécessite un réel suivi. « Nos bénéficiaires prennent des cours de code et de conduite de façon intensive pendant deux mois. Nous devons parfois lever beaucoup d’obstacles : difficultés d’apprentissage, appréhension de la conduite... c’est pourquoi, les conseillers d’insertion complètent le travail des moniteurs d’auto-école. Leur redonner confiance est la clé de leur réussite. Sur les 11 femmes formées de juin à septembre sur Bruay, toutes ont été reçues au code, 3 ont obtenu leur permis. Je suis confiante pour les autres, elles sont motivées. 80 % voire plus des inscrits repartent avec leur permis en poche. Même s’ils doivent se présenter plusieurs fois - dans la limite de 3 fois pour le code et 2 fois pour le permis. »

Le permis, mais pas seulement...

En plus d’un apprentissage à la conduite, chaque bénéficiaire profite d’un accompagnement dans son parcours d’insertion professionnelle. « Avoir le permis, c’est bien. Mais pouvoir se payer une voiture et trouver un emploi, c’est mieux encore. En plus des heures théoriques et de pratique, nous organisons des ateliers collectifs lors desquels nous abordons les métiers, diplômes et titres de la filière SAP. Nous parlons mobilité et gestion du budget. Cet accompagnement global finit toujours par payer. Une dame a même réussi à décrocher un emploi avant son permis ! »


Qui est concerné ?

L’action « Permis pour l’emploi » est inscrite dans les priorités du Contrat de Ville de l’Agglomération. Elle est l’une de ces actions d’innovation sociale permettant de favoriser l’inclusion des habitants les plus fragiles. Elle est réservée aux habitants de certains quartiers (23) d’Auchel, Barlin, Béthune, Beuvry, Bruay-La-Buissière, Calonne-Ricouart, Cauchy-à-la-Tour, Divion, Douvrin, Haillicourt, Haisnes-les-La Bassée, Hersin-Coupigny, Houdain, Labourse, Marles-les-Mines, Nœux-les-Mines, Verquin. > Pour plus d’infos sur les bourses au permis, contactez votre référent d’accompagnement à l’emploi (CCAS, PLIE, Pôle Emploi, Mission locale…).