Un chantier très écologique à Beuvry-Bellenville

Environnement
Domaine de Bellenville

Ils ont pour noms Kali et Kiam. Ce sont des (traits) boulonnais qui unissent leurs forces pour débarrasser le fossé des Agneaux des arbres qui empêchent son libre écoulement. Une première pour l’Agglomération que ce chantier de débardage à cheval.

L’Agglomération mène des opérations régulières sur ce fossé se jetant dans la Rivière militaire. Notamment par des travaux de curage entre Sailly-Labourse et Beuvry (l’an dernier) et un entretien de la végétation, chaque année. Il y avait lieu aussi de retirer les nombreux arbres morts tombés au fil du temps dans le cours d’eau, qui obstruent son bon écoulement notamment par fortes pluies. «  Une corde supplémentaire à l’arc de l’Agglomération dans la lutte contre les inondations », pour le conseiller communautaire délégué en chargé de l’hydraulique, Jean-Jacques Martel.

Site et chevaux protégés

Bordé par le terril (dit « de la décharge de Sailly ») aux pentes abruptes, l’endroit fait partie du domaine de Bellenville propriété du Département et entretenu par Eden 62. D’une superficie de 70 ha, il comporte, comme beaucoup le savent, de nombreuses mares, zones marécageuses et espèces protégées. Entre autres, le butor étoilé y est observé et des orchidées ont fait leur réapparition depuis qu’une fauche annuelle est pratiquée dans ce verger d’espèces anciennes.

Cette rudesse du terrain et sa richesse rendent totalement impossible l’utilisation d’engins mécaniques.

L’Agglomération a donc très… naturellement opté pour la solution du débardage à cheval. Avec des traits du Boulonnais, robustes chevaux pesant entre 800 kg et 1 tonne (ceux de la mythique Route du Poisson), excellents « tractionneurs » capables d’évacuer leur poids en une journée de travail ! Et de manière économique de surcroît : le coût du chantier étant de 3 300 € pour 6 jours. « Dans certains endroits, on est plus rentables que des machines, et on ne casse rien. », glisse habilement Dominique Forêt.


Tout un patrimoine sauvegardé

Ce chantier a été confié aux Forêt (ça ne s’invente pas). Avec son accent vosgien rocailleux, Dominique parle avec grande passion de ce qu’il fait au quotidien. À la fois bourrelier, forgeron, maréchal-ferrant et donc débardeur à cheval (et on en passe), « le seul au nord de Paris ».

« J’ai conduit mon premier cheval à 6 ans. Et ça fait quarante et un an que je travaille. » Et beaucoup dans le Pas-de-Calais. « On valorise les races locales, les traits du Nord, du Boulonnais, ici. On ne prend pas de petits gabarits : on veut des ‘tractionneurs’. Avec eux, on fait vivre un patrimoine : le boulonnais, c’est l’emblème du Pas-de-Calais. Et ont fait vivre des éleveurs, la terre et tout ce qu’il y a dessous. », raconte-t-il entre des « ah » (à gauche), « ie » (à droite) et « hue » (en avant) adressés à Kali, jument de 5 ans, et Kiam, un mâle de 13 ans… Et quelques conseils aussi sonores que bienveillants destinés à son épouse, Brigitte.

> Forêt Débardage à cheval, 2 rue du Bois, 62310 Maisoncelle (T) 03 21 41 87 33 / dominique.foret0910@orange.fr