La Semaine de l’industrie bat son plein

Economie
Jusqu'au 29 mars 2019

La 9e édition de la Semaine de l’industrie se déroule jusqu’au 29 mars. Dans l’arrondissement, pas moins de 72 événements sont labellisés cette année dans le cadre de cette initiative nationale, contre 51 en 2018 (liste dans le document ci-dessous).

Notre agglomération est d’autant plus concernée qu’elle a été retenue dans le cadre du programme « Territoires d’industrie », qui a pour objectif d’accélérer le développement des territoires à forte dimension industrielle. Elle organise ainsi, pour sa part, des visites d’entreprises (12 au total) à destination des élèves de 4e de 12 collèges (ces élèves auront à rendre compte des connaissances acquises le 21 mai). Autre événement, l’organisation, le mardi 26 mars avec l’association Entreprendre pour apprendre, d’un « Camp de l’innovation » au village d’entreprises de Ruitz. Entre 60 et 80 adolescents y sont attendus pour y imaginer, et défendre, leur projet d’entreprise…


Lenze, la « Vitrine industrie du futur »

Dans ce même cadre, Nicolas Honoré, sous-préfet, ainsi que Pierre Moreau, vice-président de l’Agglomération en charge du développement économique, et des représentants du Service public de l’emploi (direction du travail, Pôle emploi…) ont visité, ce mercredi 20 mars, l’entreprise Lenze, installée depuis 2004 sur la zone industrielle de Ruitz.

Dirigée par Francis Kopp, l’entreprise est, depuis quelques mois, labellisées « Vitrine industrie du futur ». Site de production de réducteurs et de variateurs de vitesse à destination de l’automobile (Mercedes-Benz, BMW, Audi), du transport et de la logistique (escalators, ascenseurs, tapis d’acheminement des bagages en aéroport…) mais aussi centre logistique du groupe pour l’Europe du Nord-Ouest et de l’Ouest), Lenze-Ruitz compte 160 salariés (4 en 2004) et… 500 PC, souvent installés sur des postes de travail conçus par les salariés eux-mêmes !

Lenze-Ruitz réalise un chiffre d’affaires de l’ordre de 110 millions d’euros, 90 % en dehors de France. Ceci explique que l’anglais est, au minimum, une nécessité pour rejoindre cette « vitrine ».

Document: 

Mots clefs: