L’EPSM de Saint-Venant dans ses murs, hors ses murs…

Agglomeration
Zone d'activités Futura II

La première pierre (blanche) du futur centre de pédopsychiatrie de l’établissement public de santé mentale (EPSM) Val de Lys-Saint-Venant a été posée le vendredi 24 mai à deux pas du centre hospitalier de Béthune-Beuvry. Il devrait être opérationnel à l’été de l’année prochaine.

Le projet date de 2005. Il a connu des vicissitudes. Il se concrétise enfin à la faveur, notamment, d’un « EPSM qui a retrouvé ses capacités financières », d’un EPSM qui, à nouveau, fait un « pari d’avenir ». De fait un plan d’investissements de 32 millions d’euros sur 5 ans est annoncé, dont 3,4 M€ pour la nouvelle installation de Beuvry.

Sur une zone totalement repensée par l'Agglomération, tout proche du centre hospitalier, de ses services d’urgences et de pédiatrie notamment, assis sur un terrain de 16 000 m2, le bâtiment offrira une surface totale de 1 853 m2 sur un seul niveau. Ses différentes structures (centres médico-psychologiques, centres d’accueil thérapeutiques, hôpital de jour à temps partiel, unités de périnatalité et de psychiatrie de liaison) et leur centaine de salariés assureront l’accueil ambulatoire de patients âgés de 18 mois jusqu’aux adolescents, des mamans aussi.

Et ce n’est donc là qu’un début puisque cette première pierre symbolique marque des engagements importants (à Lillers, Noeux-les-Mines, Aire-sur-la-Lys) visant à « prévenir la fracture territoriale et l’aggravation des risques de santé ».

> La première pierre a été scellée par Laurent Lauwerrier, président de la communauté médicale de l’EPSM, Christian Burgi, son directeur, et André Flajolet, président du conseil de surveillance, en présence notamment de Nadine Lefebvre, vice-présidente de l’Agglomération et présidente du conseil de surveillance du centre hospitalier Béthune-Beuvry.