« Osons nos Talents » : testez les métiers qui recrutent !

Agglomeration

À la recherche d’un emploi ou d’une formation, ils ont été plus de deux cents à se rendre au 1er salon permettant la découverte des secteurs qui embauchent. À savoir : dix autres rendez-vous de ce type devraient être proposés d’ici le printemps prochain.

Des jeunes et des moins jeunes. Toutes et tous cherchent un emploi ou une formation, en vue d’une reconversion éventuellement. Ou même la bonne orientation scolaire…

Quinze stands pour s’essayer en situation réelle à différents métiers, aux formations y menant. Maçon, plaquiste, soudeur, électricien, plasturgiste, mécanicien automobile, serveur en restauration, sérigraphiste… Le point commun de tous ces secteurs ? « Ils sont en manque de personnels. », indiquent tant Jacques Napieraj, président du PLIE, qu’Alain Wacheux, président de l’Agglo et vice-président du Pôle métropolitain. Le même de préciser le pourquoi d’Osons nos Talents : « Il y a des emplois disponibles qui ne sont pas pourvus parce que pas connus. »

Si Marles-les-Mines a accueilli le premier rendez-vous (c’était le 29 juin, en même temps que Loison-sous-Lens pour le secteur Lens-Liévin), dix autres communes de notre territoire sont sur les rangs pour héberger les éditions suivantes.

Intéressé(e) ? Le prochain rendez-vous est prévu le 17 octobre à Violaines ! (nous vous communiquerons bien sûr les autres dates dès qu'elles seront connues).

« Osons nos Talents » est organisé par le PLIE (Plan local pour l’insertion et l’emploi) à l’initiative du Pôle métropolitain de l’Artois, regroupement des agglomérations de Béthune-Bruay, Lens-Liévin et Hénin-Carvin agissant en faveur de projets communs, l’emploi étant la préoccupation principale.


Ils sont venus...

Élodie, 34 ans.- Agent de restauration collective, elle s’essaye (entre autres) au service en salle sur le stand du lycée Marguerite-Yourcenar de Beuvry. « Je ne le fais pas, ce sont les élèves qui se servent […]. Le service en salle, c’est un plus. Et l’hôtellerie-restauration est un secteur qui recrute. » « Un secteur où il n’y a pratiquement pas de chômage. », précise son professeur d’un temps.

Angélique, 29 ans.- « Je suis là parce que je cherche du travail. J’ai fait des formations, mais… J’ai vu le stand de sérigraphie, ça me dit bien. Je vais le tester… »

Corentin, 13 ans, qui cherche sa voie future.- Sa maman répond pour lui : « C’est un manuel. Carrosserie, bâtiment, il aime tout faire. Et il veut mieux connaître les métiers. Tous devraient venir ici, pour leur bien. »